jeudi 24 août 2017

Tournée d'inspection

Après 10 jours d'absence à nouveau,
je passe en revue mes troupes.

Il y a de bons petits soldats, dociles et serviables:
 
Aster 'Marina Wolkonsky'
Salvia uliginosa
Sedum 'Carl'
Hydrangea 'Invincibelle'

Il y en a même qui font carrément du zèle,
la vigne dépense une énergie incroyable à courir partout,
mais en oublie de faire du RAISIN !


A l'inverse, il y a aussi des planqués,
qui se décident enfin à monter au front:
Dahlia 'Who Dun It'

 
Avant de revêtir leur uniforme,
certains ont tout de même une drôle d'allure:
Daucus carota 'Dara'

 
Certaines recrues ont mauvaise mine
et ne semblent pas apprécier le mess un peu chiche en boisson:


Les roses fomentent une mutinerie,
à peine 6 remontées sur les 62 rosiers du Jardin de Darius !
Pierre-Joseph Redouté
Vent d'Eté
Blush Noisette
Comte de Chambord


Les massifs se défendent assez bien,
grâce au paillis:


 
La remise en état du jardin,
et en particulier des allées
risque de combler pas mal de mes prochaines permissions...


Heureusement, mon nouveau char d'assaut est arrivé !




 

mardi 22 août 2017

L'Observatoire

L'Observatoire est une autre installation du Parcours Estuaire,
(dont j'ai déjà parlé dans mon précédent article)
situé cette fois sur la rive nord de la Loire,
à Lavau-sur-Loire (44):


C'est un village assez unique car insulaire à l'origine,
avant que le lit de la Loire ne fasse l'objet de travaux
pour que de plus gros bateaux puissent remonter vers Nantes.

Vaste delta naturel,
l’estuaire s'est transformé au fil des décennies en chenal de navigation,
laissant place à de vastes zones herbeuses et marécageuses.
 
Ce territoire appartient au Conservatoire du Littoral,
qui a vocation à protéger les rivages du littoral, 
mais aussi des estuaires et des grands lacs.

Il s'agit d'une œuvre du plasticien japonais Tadashi Kawamata,
composée d'une passerelle de bois, longue de 800m,
qui chemine au-dessus des prairies
et des roselières de cette zone marécageuse,
que la Loire délaisse puis reconquiert au rythme des marées:

 Ce cheminement de bois recrée le lien perdu
entre le village et son fleuve aujourd'hui éloigné,


et invite à une immersion dans une nature jusque-là inaccessible:

Cette passerelle mène à un observatoire,
une tour de bois haute de 6 mètres,


d'où l'on peut observer et écouter les nombreux oiseaux qui nichent dans les roselières
 (Gorge-bleue à miroir, Phragmite des joncs, 
Rousserolle effarvatte, Oie Cendrée, 
Avocette Élégante, Tadorne de Belon...
mais moi je n'ai réussi à photographier qu'un 'vulgaire' caneton...)


Les vasières ont un rôle fondamental dans les estuaires.
Elles font partie, comme les forêts tropicales ou équatoriales,
des écosystèmes les plus riches de la planète:


Les prairies sont entretenues par le pastoralisme bovin extensif
(le contraire d'intensif):



Je dois avouer que j'avais un peu peur de tomber nez à nez avec un ragondin ☺
mais le bruit du vent dans les roseaux est une très agréable berceuse:


Quand l'art contemporain n'est pas un concept
mais contribue à créer du lien entre les gens et avec la nature,
j'adhère.

Que dis-je, j'adore !
 

dimanche 20 août 2017

Le Jardin Etoilé

Situé à Paimboeuf (44),
où Loire et Océan se confondent,

le Jardin Étoilé est l'œuvre de Kinya Maruyama,
architecte-artiste-paysagiste japonais:


Le Jardin Étoilé est construit sur le plan de la constellation de la Grande Ourse.

Ouvert aux quatre vents,
c'est un espace à vivre,
en accès libre et gratuit,
où les gens peuvent se promener,


jouer,


pique-niquer,


sentir,



contempler,


se perdre,


prendre de la hauteur,


profiter de la vue et... respirer:


Le Jardin étoilé reprend les codes traditionnels du taoïsme:
quatre divinités, un animal par point cardinal,
deviennent ici les gardiens des lieux.

Chacune d’entre elles représente un élément naturel.
 (J'espère ne pas m'être trompée dans le repérage...)

On retrouve ainsi le Dragon bleu à l’Est (l’eau),


le Tigre blanc à l’Ouest (l’air/le vent),

l’Oiseau rouge au Sud (le feu),


et la Tortue noire au Nord (la terre):


Pour l’inscrire pleinement dans la tradition japonaise,
le Jardin est célébré chaque année le 7ème jour du 7ème mois lunaire
(c'est-à-dire le 7 juillet)
lors de la Fête de Tanabata,
commémoration japonaise des étoiles:


Cette fête raconte une histoire d’amour,
celle de deux amants séparés par la Voie lactée 
– symbolisée ici par la Loire– 
qui ne peuvent se retrouver qu’une fois par an:


Les Koinobori (manches à air) ont été réalisées par les enfants des écoles locales:


Cette œuvre fait partie du Parcours "ESTUAIRE",
avec 25 autres installations d'art contemporain
disséminées le long de la Loire,
entre Nantes et Saint-Nazaire,
sur les deux rives.