mardi 15 janvier 2019

Lectures jardinesques 3

Même si j'aime avoir mes livres et les garder,
je me suis abonnée à la médiathèque,
d'abord parce qu'elle est exactement en face de chez nous,
ensuite parce que l'abonnement est gratuit pour les enseignants,
et enfin parce qu'après vérification,
ils ont un rayon jardin intéressant ☺.

Les beaux livres de jardinage étant chers,
cela me permet de satisfaire mon chloroholisme
sans trouer mon porte-monnaie.

Voici mon premier emprunt,

J'ai beaucoup lu Virginia Woolf il y a quelques années,
mais je l'ai depuis un peu négligée,
un peu oubliée sur l'étagère.
C'est dans cette maison, dans ce jardin
(elle écrivait dans la cabane à outils réaménagée),
que cette femme fragile trouvait une paix suffisante pour écrire.
Nous savons tous à quel point le jardin peut être source de bien-être
et a une puissante force d'apaisement sur nos doutes et nos angoisses.
Le jardin de Monk's House,
la beauté qu'il lui offrait chaque jour
et tous les projets qu'elle avait pour lui,
ont certainement permis à Virginia Woolf
de supporter sa vie un peu plus longtemps.
Ce livre, écrit par la conservatrice de Monk's House,
mélange habilement photos d'archives, ravissantes aquarelles,

plans du jardin et des massifs,
et de belles photos actuelles

entremêlés avec les mots de Virginia Woolf,
issus de ses œuvres comme de ses correspondances personnelles,
où elle exprime son émerveillement pour la beauté de la nature.
Nul doute que son amitié avec Vita-Sackville West,
créatrice des fameux jardins de Sissinghurst,
a eu une grande influence sur Virginia.
 
Malgré le suicide de Virginia par noyade en 1941,
son mari Leonard restera dans cette maison
jusqu'à sa mort en 1960,
mû par la passion de la culture
des pommiers et poiriers notamment.
Ce livre m'a beaucoup plu
et je ne peux que vous le recommander.

Il m'a donné envie de visiter ce jardin (évidemment !)
mais aussi, à défaut, de relire Woolf pour patienter.
BONNE JOURNÉE ☺.